Les enjeux de l’innovation : introduction et définitions


Blog


Ce dossier, constitué de trois volets, s’intéresse à la question des enjeux de l’innovation.

Ce premier volet s’attache à donner un cadre à la réflexion en précisant les concepts utilisés et choix effectués dans notre approche. Le premier concept sur lequel nous revenons est celui du terme innovation. Le dictionnaire Larousse nous propose trois définitions principales.

Introduction, dans le processus de production et/ou de vente d'un produit, d'un équipement ou d'un procédé nouveau.

Ensemble du processus qui se déroule depuis la naissance d'une idée jusqu'à sa matérialisation (lancement d'un produit), en passant par l'étude du marché, le développement du prototype et les premières étapes de la production.

Processus d'influence qui conduit au changement social et dont l'effet consiste à rejeter les normes sociales existantes et à en proposer de nouvelles.

Les deux premières définitions insistent sur le potentiel commercial dont l’innovation peut être vecteur. L’innovation serait ici un processus permettant de passer de l’idée au marché à travers une suite d’étapes à franchir.
La troisième définition vient rappeler la dimension sociale et sociologique. L’acte d’innovation consisterait en la création d’une dynamique sociale suffisamment forte pour arriver à « bouger » les lignes. On note l’utilisation des termes « influence » et « rejeter » qui nous amène dans un registre plus contestataire. L’acte d’innovation se définit ici comme une démarche en opposition à un existant non satisfaisant et qui s’ancre dans une structure organisationnelle et politique. Nous verrons dans le deuxième volet que ces deux définitions se complètent et caractérisent assez bien les enjeux qui découlent du projet d’innovation. Mais revenons d’abord sur une autre définition, celle du terme enjeu. Cette fois le dictionnaire Larousse nous propose deux définitions :

Ce que l'on risque dans un jeu, en particulier une somme d'argent, et qui revient au gagnant.

Ce que l'on peut gagner ou perdre dans une entreprise quelconque.

Il est remarquable que la première définition fasse apparaître la notion de risque. Le concept d’enjeu regroupe ici trois composantes : une mise initiale, un risque et un gain potentiel. Maintenir cette définition probabiliste de l’enjeu serait paradoxal : le projet d’innovation navigue lui dans l'incertitude.

Le pilotage par le risque et le pilotage par l’incertitude d’un projet sont deux postures fondamentalement différentes.
La première posture, que nous qualifions de « causale », est une approche prédictive du pilotage de projet. La démarche consiste à fixer, sur la base d’études, un objectif précis sur les attentes du projet (et donc son enjeu) pour ensuite s’attacher à mettre en œuvre un plan d’exécution réduisant les risques identifiés.

La seconde posture, que nous qualifions d’ « effectuale » est une approche cette fois non prédictive du pilotage de projet. Cette démarche, plus introspective, consiste à regarder les moyens à disposition et la perte qui nous paraît « acceptable » pour tester une hypothèse qui nous semble à priori pertinente.

Finalement, la posture par le risque considère que le projet d’innovation, et ses enjeux, s’ancrent dans un univers dont le nombre de possibilités est connu et fini donc prévisible. A contrario, la posture par l’incertitude accepte l’idée de non prédictibilité et se concentre sur la validation d’hypothèses via l’adhésion de parties prenantes (clients, partenaires, etc) à la « subjectivité » initiale du porteur de projet (pour en savoir plus sur les notions de pilotage et d’incertitude nous conseillons la lecture du livre Effectuation : les principes de l’entrepreneuriat pour tous, 2014, P. Silberzahn).

Nous laissons donc de côté la notion de risque pour s’intéresser à la deuxième définition du dictionnaire Larousse qui laisse plus de place à l’incertitude et à la « sérendipité ». L’enjeu est alors un gain ou une perte hypothétique qui découle d’une action, en l’occurrence ici l’acte d’innovation. On note, avec nostalgie, l’utilisation première du mot « entreprise » qui dans son sens commun signifie « l’acte de mener une initiative », « relever un défi, oser un objectif », voire même, dans sa définition la plus proactive, de « porter atteinte à quelque chose ».

Enfin, avant de pouvoir caractériser les enjeux de l’innovation, il est important de s’intéresser à la question de la typologie : Des enjeux ? Oui mais pour qui ?

Ainsi, si l’innovation est bien un processus de création de valeur c’est avant tout un processus de partage de cette valeur (ce que signifie bien la baseline de Vianeo : Share the value) entre plusieurs acteurs impactés différemment (l’entreprise qui porte le projet, les utilisateurs, les clients, les partenaires, ou encore l’Etat et la Société). Un projet comme le service de location de véhicules Twizy Way représentait à la fois un enjeu économique et publicitaire pour Renault, un enjeu environnemental avec la diminution du bruit et de la pollution dans l’air pour les habitants mais également un enjeu fiscal en raison de la diminution de la recette fiscale (cf. taxe sur l’essence) pour les collectivités et l’Etat.

La typologie même de l’organisation portant le projet est un élément discriminant lorsqu’il s’agit de la question des enjeux d’un projet.

Midler, 1993

Cette représentation explicite les différences situations de projets. L’entreprise de type A, dite « entreprise projet » ou encore start-up, s’organise entièrement autour du projet « innovant » qui représente à la fois l’existant et le futur de l’entreprise. Les projets d’innovation qui s’ancrent dans une organisation de type C ou D disposent d’un potentiel de ressources plus important mais doivent faire face à un existant déjà bien établi. Le processus d’allocation face aux projets existants, qui font « vivre l’entreprise », peut s’avérer complexe. Une tyrannie des microdécisions destructrice si les enjeux des projets d’innovation sont mal compris en interne.

Ainsi, les organisations de type A n’ont pas les mêmes enjeux que celles de type B, C ou D que nous nommons organisations établies.

Dans le second volet nous nous intéressons à la caractérisation des enjeux de l’innovation par le prisme des organisations établies : un équilibre à trouver entre intérêts économiques et sociaux.

Benjamin Blanchard – R&D Project Manager