3 raisons pour lesquelles il est indispensable d’apprivoiser l’incertitude


Blog


L’incertitude serait-elle une bête sauvage qu’il s’agirait, comme l’indique la définition du verbe Apprivoiser de « rendre moins farouche, plus traitable, plus docile, domestiquer » ou encore de « rendre plus sociable, plus doux, plus affable, le séduire. »

En général lorsque l’on emploie le verbe « apprivoiser » c’est que l’on cherche à se rapprocher d’un être [1] pour « créer des liens » comme le dit le renard au Petit Prince et qu’ainsi « nous ayons besoin de l’un de l’autre ».

En choisissant cette expression : « Apprivoiser l’incertitude » pour illustrer le conseil du mois pour l’innovateur, nous n’avions pas songer en décembre à quel point ce sujet serait au cœur de l’actualité du monde en avril !

Mais pouvons-nous apprivoiser l'incertitude jusqu'au point d'en avoir besoin ? de ne plus pouvoir en passer ?

1. Oui, si nous voulons innover, l’incertitude nous est indispensable !

 

En voici la preuve : quel est le point commun entre un artiste, un chercheur et un entrepreneur ? Pour obtenir la réponse, posez à chacun la question suivante :

- Sais-tu avec précision, en te levant le matin, de quoi sera faite ta journée et ce qu’elle t’apportera ?

Si la réponse est oui, vous risquez bien de ne pas avoir à faire à l’un de ces 3 profils ! Si la réponse est « non » et qu’il/elle ajoute « et c’est bien ainsi » vous êtes alors sur la bonne voie ! Le point commun entre les 3 est la dépendance de leur action à l’incertitude. On peut même jusqu’à pouvoir affirmer qu’un contexte incertain est leur raison d’être.

C’est justement parce que le contexte est incertain qu’il offre des opportunités de découvertes immenses.

Un contexte incertain se modèle, se transforme au gré des découvertes et des réactions à ces découvertes. Dans la certitude, les actions sont dictées par nos rétro-viseurs et nous ne faisons qu’appliquer ce que nous avons appris comme étant « la bonne manière » de faire. L’incertitude, à l’inverse, nous oblige à chaque instant à découvrir des solutions par « une intelligence de situation plus que par une intelligence de savoir » comme le dit François Jullian dans « Le traité de l’efficacité ».

2. Nous n’arriverons jamais à nous affranchir de l’incertitude

 

La crise que nous traversons est très instructive à cet égard car, avec une radicalité rarement vécue, elle positionne l’incertitude autant au cœur de la vie de chaque être humain qu’au cœur du système économique planétaire, celui que nous avons construit pourtant pour pouvoir mieux nous affranchir de l’incertitude justement. Arriverons-nous un jour à nous affranchir de l’incertitude ?

NON ! Dans un article du 6 avril 2020, Edgar Morin, philosophe, penseur de la complexité, affirme : « Nous essayons de nous entourer d’un maximum de certitudes, mais vivre, c’est naviguer dans une mer d’incertitudes, à travers des îlots et des archipels de certitudes sur lesquels on se ravitaille… » Superbe parabole pour comprendre que ces deux notions sont indissociables, nécessaires l’une à l’autre. « Elles ont besoin l’une de l’autre » !

Et si enfin, nous acceptions que la certitude ne puisse pas éradiquer l’incertitude ! Et si enfin nous faisions de telle sorte que l’une et l’autre s’apprivoisent jusqu’à cohabiter ?

Dans l’apprivoisement, il est question de partage de la richesse de ce qui fait la différence entre les deux êtres qui s’apprivoisent. Mais le pré-requis de l’apprivoisement est la curiosité de découvrir cette « étrangeté » que représente l’autre : l’incertitude est source de découverte et d’apprentissage permanent alors que la certitude apporte sérénité, apaisement et ressourcement.

3. L’incertitude est une composante inhérente à la condition humaine.

 

La certitude, elle, est une composante indissociable au fonctionnement d’un système. Or dans cette crise du Covid-19, le système qui devait nous apporter sérénité et ressourcement est perclus d’incertitude… Quelle aubaine ! Et si en reprenant pleinement sa place, l’incertitude donnait à l’humain toute son envergure, une envergure dont le système a souvent le défaut de l’en déposséder…

L’humain est attendu aujourd’hui et doit profiter de ce contexte pour lancer des innovations humanistes et responsables qui favoriseront le passage des mers houleuses et porteuses de défis, aux îlots favorisant le ravitaillement et le repos.

Pour cela, un langage partagé et compréhensible par tous est crucial pour passer aisément de l’un à l’autre, tout en prenant conscience de la valeur apportée par chacun.

Dans l’apprivoisement, tout est affaire de capacité d’interprétation de schémas de pensées de l’autre. Vianeo, sa méthode et sa plateforme de management de l’innovation, favorise ce travail de compréhension et de communication permettant à ceux qui naviguent en incertitude d’expliciter leur vision et leur action et à ceux qui gèrent l’existant, d’expliciter leurs objectifs et de comprendre ce en quoi l’incertitude leur permet d’aller beaucoup plus loin.

Alors, oui, apprenons à apprivoiser l’incertitude pour lui donner sa place vitale !

 
Séverine Herlin - CEO Vianeo
 

[1] - Non, dit le petit prince. Je cherche des amis. Qu'est-ce que signifie "apprivoiser" ?
- C'est une chose trop oubliée, dit le renard. Ça signifie "créer des liens..."
- Créer des liens ?
- Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde...