Design thinking : une implémentation possible dans les grands groupes?


Blog


     Jeudi 22 février, nous participions à la conférence « Et si nous innovions ensemble : le design thinking en pratique » animé par les le Master 2 « Développement Industriel » de l’ISEM à Sophia Antipolis. Mise en avant comme le mode de travail du futur, cette méthode se centre sur l’analyse des usages et l’intégration en continue de ces analyses dans la définition de solutions. Travailler en mode « Design Thinking » c’est observer, écouter, prototyper en fonction de cette analyse, faire des aller-retours et des améliorations, avancer et concevoir malgré un contexte incertain et complexe. Une logique qui « coule de source », une logique « de bon sens » pour créer le produit/service adapté à la demande.

Cependant, l’un des constats évoqué par les intervenants est la difficulté à implanter cette méthode dans les modes de fonctionnement d'une entreprise. Alors, pourquoi une méthode si prometteuse a-t-elle du mal à se faire une place ?

Le Design Thinking dans les pratiques managériales

Du fait de l'empathie exigée cette méthode implique un partage de connaissances et un travail d’équipe continus. Innover ne dépend pas d’un seul génie ou d’un groupe d’experts concentrés sur un problème à résoudre ou sur une invention. Pensez-vous qu’Apple en serait là si Steve Jobs avait créé son produit tout seul ? Pensez-vous que Guglielmo Marconi aurait créé la radio sans les découvertes préalables de Hertz, Popov, Branly et Lodge ?
Les grandes avancées ont toujours été le fruit d’un ensemble de personnes, qui partageant leur savoir, savoir-faire et savoir-être, ont abouti à une solution innovante.

Ainsi, si une entreprise souhaite appliquer cette méthode pour donner toutes les chances à l’innovation de prendre place, elle doit aussi accepter que son mode de fonctionnement interne évolue. Elle devra abandonner son côté « taylorien », siloté, au profit de l’empathie, de l’écoute et de la transversalité. Force est de constater que si les équipes sont plus agiles dans une startup ou TPE, cela devient beaucoup plus complexe dans les grands-groupes.
Bien que les brainstormings et les sessions de créativité se soient largement répandus ces dernières années, ils ne pallient pas totalement au problème car, au-delà de ces actions, la question de l’opérationnalité des outputs de ces sessions se pose.

Et pourtant, ce ne sont pas les idées qui manquent ! Certains Directeurs de l’innovation disent même crouler sous les idées. Mais comment peut-on les exploiter avec efficacité ?

Le Design Thinking implique un autre mode de collaboration et de ce fait un autre mode d’organisation. Il s’agit là d’un changement d’habitude d’une telle envergure qu’il peut sembler impensable.Pour autant, la posture qu’il impose est incontournable pour innover. Mais alors, pourquoi est-ce si complexe de le développer et de l’implanter durablement dans l’organisation ?

De l’intention à la pratique :

Nombreuses sont les méthodes qui ont du mal à passer du manuel d’utilisation à l’usage réel. Non pas qu’elles soient in-intéressantes ou in-efficaces mais plutôt parce qu’elles restent trop conceptuelles et donc difficiles à mettre en œuvre.

Le Design Thinking, comme nous le disait l’un des fondateurs d’Ideo rencontré en son siège - par Séverine Herlin, à Palo Alto - « est une approche « empirique » , nous ne souhaitons pas trop cadrer l’application. Les choses se font et s’adaptent en situation. » Découvrant notre approche au travers de notre fameux « tour de jeu de carte », il affirma « Vous faites du Business Design et vous proposez une approche beaucoup plus cadrée et structurée, en y ajoutant certains parties que nous n’abordons pas, notamment l’écosystème et le business model.»

Force est de constater, aujourd’hui, que notre approche de Business Design est très opérationnelle. Structurée et structurante, elle permet de guider une équipe projet tout au long d’un processus d’exploration du potentiel d’une idée/d’un projet. Elle permet de construire la stratégie de création de valeur la plus pertinente pour un produit/service ou voire même pour une entreprise.
Comment ? En s’appuyant sur les 5 preuves de valeur du projet innovant, notre méthode pose les 19 questions fondamentales , les relie entre elles et permet ainsi d’apporter une cohérence au projet dans son ensemble. Elle permet à chacun de développer une posture objective et de trouver des arguments face à ce qui est au départ qu’une « idée ». Elle privilégie la conception de solutions ancrées sur les utilisateurs et leur écosystème et en phase avec les capacités de l’offreur, deux ancrages à la conjonction desquels la véritable valeur du projet peut émerger.

Design Thinking vs. Business Design ?

Loin de nous l’idée d’opposer les deux approches, ce d’autant que nous préconisons fortement d’utiliser l’approche de Design Thinking à certaines étapes du Business Design pour consolider le travail d’exploration et d’analyse des usages.

De notre point de vue, le Design Thinking a l’immense vertu de favoriser et de faciliter LA bonne posture d’exploration des usages mais l’inconvénient d’être « très empirique» pour être facilement intégrée dans les pratiques managériales. De ce fait, elle est souvent l’apanage de cabinets de conseils, ou de consultants indépendants aux valeurs proches de celles des « startups » et de la « créativité ». L’implémentation durable dans l’organisation n’est pas chose aisée.

Notre méthode de Business Design permet, de son côté, de mettre en œuvre en même temps une approche centrée sur les usages et une approche structurée permettant un processus d’exploration rationnel. Exploration et rationalité, deux enjeux que l’on pensait incompatibles et qui aujourd’hui, ensemble, montrent toute leur efficacité !
Son efficacité est de plus simplifiée par son support digital accessible à tous les membres de l'équipe du projet.

Il va de soi que toute organisation, consciente de l’omniprésence de l’incertitude dans son quotidien et de la nécessité d’explorer, préfèrera l’implémentation dans ses process d’une exploration structurée à une exploration empirique. La méthode de Business Design de Vianeo en est une réponse !