6 méthodes pour innover : laquelle choisir ?


Blog


Quelle méthode utiliser pour innover ? D’ailleurs faut-il utiliser une méthode ?
Dans un récent poste qui circulait sur Linkedin, je répondais à la question de la pertinence de l’enseignement à l’entrepreneuriat par cet avis :

« L’enseignement à l’innovation permet de s’assurer que l’on abordera les questions de la bonne manière et d’acquérir des réflexes mais l’enjeu avant tout n’est pas d’apprendre hors les murs mais en faisant…. » Ma pensée est la même concernant les méthodes. La méthode est un moyen d’y voir plus clair et de rationaliser des décisions, mais aucune méthode ne remplacera la capacité d’exécution cruciale pour passer d’une idée à un projet !

Les méthodes comme support

Prenons alors la méthode comme un support à l’exécution, un moyen de prendre du recul, de structurer ses informations et rationnaliser une réflexion et des actions, par définition intuitives dans un contexte complexe et incertain. « Une méthode, dixit le Larousse, est une marche rationnelle de l'esprit pour arriver à la connaissance ou à la démonstration d'une vérité […]".

Les méthodes sont nombreuses et se développent du fait de la croissance du nombre de projets innovants portés par tout un chacun et non par des « innovateurs » d’exceptions à la Steve Jobs !
Le cœur d’activité de Vianeo est certes centré sur une méthode d’innovation en particulier, celle du Business Design inspirée de la méthode ISMA360®, nous estimons cependant et pouvons affirmer, qu’aucune méthode ne détient LA vérité. Chacune des méthodes a un intérêt spécifique qui permet d’aborder sous des angles et des enjeux différents les problématiques spécifiques de l’innovation.

Dans cet article, nous présentons les principales méthodes actuellement utilisées dans un contexte d’innovation. L’ordre dans lequel nous les exposons correspond au cheminement emprunté pour passer d’une idée au projet. Il n’y a aucun enjeu de hiérarchisation entre elles. Elles sont présentées ici, très rapidement, sous deux angles : objectif et résultats. Pour chacune, de la littérature riche existe et est accessible sur internet : nous vous invitons à la consulter.

Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité des méthodes présentées ci-après. Nous avons choisis celles dont nous constatons l’usage le plus fréquent sur le marché. Si vous estimez qu’il en manque, nous serons ravis d’en discuter et de trouver avec vous leur place dans ce panorama. Qui-plus-est, nous avons volontairement écarté les approches, telles que l’effectuation ou la créativité car il s’agit, de notre point de vue, plus de postures et d’un état d’esprit transversal que de méthodes au sens de la définition citée précédemment. Pour autant, cela ne diminue en rien leur efficacité et leur pertinence !

6 méthodes pour innover


 


LA MÉTHODE CK : la créativité pour mieux définir l'idée/l'invention et son périmètre

La méthode CK(concept-knowledge ou concept/connaissance) est une méthode de créativité qui formalise le processus de conception d’idées, « d’objets inconnus ».
Objectif : Issue de travaux de recherche aux Mines Telecom, elle permet la synthèse entre l’espace de créativité (Creativity) et l’espace de savoir (Knowledge).
Résultat : Elle permet d’inventer ou de ré-inventer des produits/services innovants tout en cadrant la réflexion tout au long du processus d’idéation.
Source : comprendre la méthode CK

LA MÉTHODE DU TRL : la validation de la solidité de l’idée/l’invention

La méthode du TRL (Technological Readiness Level ou Niveau de Maturité Technologique) est composée d’une échelle de 9 niveaux qui permet de situer la techno à ses différents stades de R&D : littérature, concept, preuve de concept, validation labo, démonstrateur, prototype…
Objectif :Elle est intéressante pour évaluer la maturité d’une technologie en vue de son financement dans un programme de R&D.
Résultat : Elle apporte une capacité d’analyse de sa solidité et rationalise ainsi le coût de financement en fonction de son stade de développement.
Source : comprendre la méthode du TRL

LA MÉTHODE DU DESIGN THINKING :la validation des besoins non satisfaits aujourd’hui par les solutions existantes

Le Design Thinking est une approche, initialement développée à Stanford, centrée sur l’analyse des usages et l’intégration en continue de ces analyses dans la définition de solutions. Sa mise en œuvre fait appel essentiellement à des techniques d’observation, d’exploration et d’analyse des usages en situation réelle.
Objectif :Elle permet de bien cerner le contour du problème à résoudre qui donnera lieu à l’innovation. Le Design Thinking permet un processus d’analyse des usages décrit au travers de 5 étapes principales : définir, imaginer, synthétiser, prototyper, tester, par la D-School de Stanford. Tim Brown de l’agence de design IDEO l’a décrit sous l’angle de 3 étapes : désirabilité, faisabilité et viabilité.
Résultat :Le Design Thinking permet une approche croisant à la fois une pensée analytique et intuitive. La mise en œuvre d’une approche Design Thinking permet de mieux ancrer les projets dans la réalité des usages.
Source : comprendre la méthode du Design Thinking

LA MÉTHODE LEAN STARTUP : la conception de l’offre à partir des besoins à satisfaire

Décrite par Eric Ries dans son livre, la méthode Lean Startup préconise un processus de conception itératif de l’offre innovante basée sur 3 étapes principales : Apprentissage (Learn), Conception (Build) et Mesure (Measure).
Objectif :Inspiré des pratiques agiles de développement logicielles, l’objectif est de se baser sur des cycles courts de conception pour s’assurer que l’effort engagé pour développer l’offre se concentrera, pour chaque fonction, aux attentes des utilisateurs.
Résultat :La mise en place de la méthodologie Lean Startup a pour objectif de développer le MVP (Minimum Viable Product) et d’éviter ainsi des conceptions d’offres fantasmagoriques !
Source : comprendre la méthode Lean Startup

LA MÉTHODE OCÉAN BLEU : l'identification de nouveaux espaces d’opportunités pour son offre

La méthode Océan Bleu est une méthode exploratoire pour identifier des espaces de besoins et d’usage non satisfaits par les solutions existantes et "non clients" actuels de mon offre. 
Objectif :Elle permet, à partir de l’analyse d’un périmètre de marché et des offres existantes de s’extraire d’un « océan rouge » très concurrentiel pour envisager « un océan bleu » dans lequel peut s’exprimer certaines fonctionnalités de son offre avec une forte valeur ajoutée.
Résultat :Le canevas stratégique est un délivrable très opérationnel et performant du travail opéré avec cette méthode qui permet de visualiser immédiatement l’espace de besoins non satisfait par les solutions existantes.
Source : comprendre la méthode de l'océan bleu

LE BUSINESS MODEL CANVAS : la définition du Business Model

Le Business model Canvas est une méthode basée sur un canevas A4 découpé en 9 cases. Il peut s’adapter tout autant à des projets innovants qu’à des projets peu innovants. Le LEAN STARTUP CANVAS est une adaptation du canevas pour les enjeux de startups.
Objectif :Il permet de décrire notamment le cœur de l’activité du projet, le fonctionnement de « l’usine de production » et sa raison d’être en terme de proposition de valeur pour les clients.
Résultat :Largement diffusé et utilisé aujourd’hui, il offre un support efficace et facilement partageable pour synthétiser les informations qui font la solidité et la cohérence d’un Business Model.
Source : comprendre la méthode du Business Model Canvas

LA MÉTHODE VIANEO : une méthode de Business Design pour concevoir la stratégie marché

La méthode Vianeo est une "méta-méthode" qui fait le lien entre toutes les méthodes précedemment citées. Elle est basée sur la méthode ISMA360® est une méthode de marketing stratégique systémique. Elle présente les 20 variables clés sur lesquelles repose la stratégie marché et les liens entre elles. En utilisant la méthode, le porteur est guidé par un fil conducteur structuré pour passer d’une idée à un business model pertinent.
Objectif :Elle permet au porteur d’une idée/innovation d’explorer son marché potentiel : de prendre conscience des questions clés, d’apporter des réponses, de structurer ces réponses pour concevoir une stratégie solide et cohérente.
Résultat :Le porteur valide les 5 preuves de valeur de son projet : la légitimité, la désirabilité, l’acceptabilité, la faisabilité et la viabilité. A partir de bases solides, il a les moyens de présenter et d’argumenter le potentiel de son projet.
Source : comprendre la méthode du Business Design
accéder à la plateforme Vianeo

Le processus méthodologique de la méthode BUSINESS DESIGN est représenté sous la forme d’une marelle. Chaque case de couleur représente un champ à explorer afin d’acquérir l’une des preuves de valeur. Le processus n’est pas linéaire mais bien itératif.
Cette méthode est la seule qui permet, par son approche systémique, d’avoir une vue complète et cohérente de l’ensemble du projet, depuis l’idée jusqu’à son positionnement sur le marché.

A chacune des étapes, il peut être intéressant de faire appel à l’une ou l’autre des méthodes présentées précédemment, afin de faire un zoom sur l’enjeu plus spécifique que permet d’aborder chacune plus en détail.

En guise de conclusion et de synthèse nous vous proposons une représentation de l’ensemble de ces méthodes sur la marelle du Business Design.
A présent, à vous de choisir la méthode qui convient le mieux à l’enjeu que traverse votre projet ! Encore une fois, aucune ne détient de vérité absolue, mais chacune apporte un éclairage pertinent pour mieux naviguer en incertitude.