management des idées

Management des idées : outils et bonnes pratiques


Blog


Se différencier, encore et toujours. Plongées dans un monde où la pression est toujours plus accentuée par des marchés en mouvement constant et une croissance forte de la concurrence, les entreprises sont aujourd’hui forcées de se renouveler. Quelle qu'en soit la forme, elles doivent pouvoir proposer des solutions innovantes et pertinentes, ce qui a poussé les organisations à mettre en place des nouvelles techniques pour favoriser la créativité et l’innovation. Entrent alors en jeu les systèmes de management des idées : SMI. Mais de quoi s’agit-il ? Et comment les mettre en place avec brio ?

Définition & Enjeux

Ayant pour ancêtre le principe de « la boîte à idée », le management des idées correspond à un ensemble de mesures prises afin de faire naître et de traiter des idées générées par les parties prenantes d’une activité, des salariés aux clients. Il s’agit de mettre en place des pratiques de gestion de la créativité afin que les idées puissent être transformées en innovation.

ORIGINE

Si la première forme de management des idées pouvait se rapprocher des cahiers de doléances du 15ème siècle, le premier SMI serait apparu vers la fin des années 1880 au cœur d’une entreprise de construction navale. Son dirigeant, William Denny, avait mis en place un processus pour soumettre des idées qui étaient récompensées par la suite s’il était prouvé qu’elles avaient été bénéfiques à l’activité. [cf. La créativité d’entreprise de Alan G. Robinson & Sam Stern]. Un des premiers programme d'intrapreneuriat dans un grand groupe !

ENJEUX

Le management des idées se construit autour de deux enjeux :

Des objectifs économiques

  • Pousser l’innovation
  • S'adapter aux évolutions du marché

2° Des objectifs sociaux

  • Améliorer la communication interne de l’entreprise
  • Valoriser les collaborateurs

Fonctionnement et outil

La pratique du management des idées et les outils associés

Manager des idées en 5 étapes :

  • Vision et objectifs

Il convient pour n’importe quel lancement d'un programme d'intrapreneuriat au sein d’une société de fixer des objectifs. En effet, afin d’assurer le bon déroulement des pratiques mises en œuvre, il est vital d’encadrer la démarche. Quels sont les objectifs à atteindre ? La création de nouveaux produits / services, l’ouverture vers un nouveau marché, l’amélioration de l’engagement des salariés ? Quel processus développer ? De quelles ressources avons-nous besoin ? Tant au niveau des outils qu’à l’échelle humaine (nouveaux managers par exemple).

  • Récupérations des idées

Le chemin alors tracé, il est l’heure de prendre la route. Cette étape se forge autour de la collecte des idées. Cette fonction est la base de la globalité du système, il faut alors veiller à bien la préparer. Mobiliser chaque équipe et collaborateur est un travail de communication et de formation. Le but est de faire comprendre la démarche aux salariés et mettre en avant les atouts que cela représente. La clé de la créativité est d’oser, il faut alors exercer un travail de confiance et faire en sorte de lever les barrières et les freins de chacun.

Outil : une des astuces pour lever ces freins est l’utilisation d’un outil simple pour pouvoir transmettre son idée. Les suggestions doivent pouvoir se faire très rapidement, sinon cela renforce le risque d’une diminution de la force participative de la démarche.

  • Évaluation, organisation et tri

Après l’étape de la collecte des idées, un processus d’évaluation et de sélection doit s’opérer. Parmi toutes celles proposées, il est nécessaire de déterminer celles qui permettent de répondre aux objectifs fixés et de créer de la valeur. Pour la mise en œuvre de cette pratique, il faut au préalable déterminer la fréquence à laquelle elle va avoir lieu, mais aussi par qui cette sélection va être effectuée.

Outil : une option efficace est d’intégrer un outil de scoring dans le SMI. En fonction des objectifs, des critères de sélection sont déterminés en amont. Via un tel outil, la notation des idées est facilitée.

  • La mise en œuvre

Les idées ressortant de la sélection doivent par la suite être lancées et aboutir. Tout l'interêt d'un SMI réside au coeur de cette étape. Elle permet de légitimer les pratiques et d’apporter les bénéfices attendus.

  • Suivi

Dans un processus d’amélioration continue, il est nécessaire de suivre la globalité de la mesure. En prenant en compte les indicateurs mis en place au préalable pour évaluer l’atteinte des objectifs économiques et sociaux, cela permet d’ajuster la démarche pour toujours prétendre à mieux.

Outil : pour optimiser son suivi, l’idéal est de disposer d’un tableau de bord permettant de rapidement apercevoir les gains, les pertes et les points bloquants de la démarche.

 

Qu’avons-nous appris ?

  • La gestion d’un système de management des idées est une forme de gestion de l’innovation.
  • Le management des idées en tant que forme d’innovation participative profite économiquement à l’entreprise mais également socialement, via l’amélioration de l’implication des collaborateurs.
  • Il est nécessaire de mettre en place un SMI en phase avec les valeurs de l’organisation pour assurer une démarche participative de qualité.
  • La créativité réclame la mise en œuvre d’une culture d’entreprise basée sur la confiance.
  • Le SMI est une démarche complète aux services de l’entreprise et de ses collaborateurs soutenue par des outils et un management adapté.
  • De nombreuses suggestions de logiciels existent en vue du développement d’un SMI, il s’agit de trouver celui correspondant le mieux à la culture de l’entreprise.