Gestion de projet innovant

Gestion de projet innovant : comment maximiser ses chances de réussite ?


Blog


Savoir bien gérer un projet innovant pour favoriser sa réussite

Un projet innovant ne se gère pas comme un projet traditionnel car il doit s’adapter à un marché dont les critères sont à définir en tout ou partie.

La gestion d’un projet exploratoire et innovant vise le cheminement existant depuis la naissance d’une idée innovante, jusqu’à son intégration sur le marché en tant qu’innovation. Il est donc nécessaire de définir la notion d’innovation avant toute chose. Notion vaste recouvrant de multiples facettes, concept difficile à appréhender et à s’approprier, l’innovation peut pourtant naître et grandir en chacun de nous !

La créativité à la base de l’innovation

Depuis toujours, l’Homme a fait preuve d’innovation dans de nombreux domaines pour atteindre des objectifs. Si cette notion est désormais rattachée à celles d’entreprise, d’entrepreneur et de marché, l’Homme n’a pourtant pas attendu l’économie de marché pour être inventif et bouleverser les codes. Si l’on considère que l’innovation consiste à apporter des solutions nouvelles à des problèmes pour répondre à des besoins, toute évolution sociétale peut être assimilée à une innovation !

Ce qui nous intéresse ici est qu’un projet innovant permet la création ou le développement d’une entreprise, qu’il s’agisse d’une grande structure ou d’une petite start-up en devenir. Cela passe alors par la création de nouveaux biens, services ou procédés.

La notion d’innovation est ainsi étroitement liée à celles de créativité et de nouveauté. Il peut s’agir d’une idée totalement nouvelle ou ayant pour vocation de s’intégrer à un ensemble préexistant pour le perfectionner ou l’optimiser.

Selon un adage, « Innover c’est transformer une idée en argent » ! Le but ultime du porteur de projet est donc d’intégrer son innovation dans un marché (ou de créer un marché) afin de rendre son entreprise compétitive, à l’heure où l’écosystème est dynamique et changeant. En somme, la recherche d’efficacité sur le long terme.

La conciliation entre créativité et rigueur pour gérer son projet innovant

Le dictionnaire Larousse offre une approche managériale dans sa définition de l’innovation en visant l’ensemble d’un processus qui doit être mené à terme par une entreprise, étape par étape, pour atteindre son objectif. Celui-ci se déroule depuis la naissance d'une idée et jusqu'à sa matérialisation (c’est-à-dire le lancement du produit ou service sur le marché), en passant par l'étude du marché préalable, le développement du prototype et les premières étapes de la production.

La gestion de tout projet innovant part donc d’une idée mûrement réfléchie et nécessite de respecter de nombreuses étapes pour avoir des chances d’aboutissement. Ainsi, si chacun peut être à l’origine d’un projet innovant, seuls ceux qui respecteront rigoureusement des étapes de gestion et certaines bonnes pratiques pourront faire éclore leur projet et rendre leur entreprise pérenne.

La gestion de l’innovation demeure toutefois une discipline complexe à appréhender en raison de l’imprévisibilité inhérente à l’innovation. Ainsi, le porteur de projets est responsable de trouver l’équilibre entre créativité, organisation et contrôle.

En bref, quelles sont les différentes étapes de gestion à respecter ?

  • Choisir le bon projet : une analyse préalable est nécessaire pour conceptualiser l’idée innovante et tenter de réduire l’incertitude dans la mesure du possible (recherche d’informations, études de marché, idées de produit, caractère nouveau de l’innovation, faisabilité, prototypes etc.).
  • S’entourer d’une bonne équipe : un environnement de travail sain et efficace est un élément-clé de la réussite d’un projet. Les membres de l’équipe peuvent/doivent avoir des compétences diverses et complémentaires qu’il faut identifier et optimiser (ce qui peut passer par des formations et remises à niveaux) pour assurer une bonne collaboration.
  • Répondre au besoin d’un marché ou créer un nouveau marché : en touchant une cible et en choisissant un modèle d’affaire adéquat pour répondre à une opportunité de marché, tout en étant rentable. Cela passe par la validation de l’intérêt des futurs clients (test à toutes les étapes du projet), dans le bon domaine et au bon moment, en fonction des conjonctures du marché visé ou de l’écosystème dans son ensemble.
  • Proposer une offre concurrentielle : qui s’adapte à ce qui existe déjà sur le marché, en proposant des solutions nouvelles adaptées à des besoins, poursuivant un objectif de compétitivité.
  • Établir un programme de management de l’innovation : en mettant en place de méthodes de gestion et de pilotage (gestion des risques, des financements, des coûts, des délais, établissement d’un plan de communication, planification des opérations). Il s’agit par exemple de trouver le bon levier de financement, qui peut passer par des aides publiques (concours, contrat de subventionnement, crédits d’impôts pour bénéficier d’avantages fiscaux).
  • Protéger son innovation : des formalités légales permettent d’enregistrer une idée pour la sécuriser auprès de la concurrence, en acquérant des droits exclusifs d’exploitation pendant une durée déterminée. Cela peut passer par le dépôt d’un brevet ou d’une enveloppe Soleau (cette dernière méthode étant beaucoup moins coûteuse et pouvant se faire rapidement et en ligne).
  • Enclencher les phases d’industrialisation et de lancement : en plaçant le produit, service ou procédé sur le marché convoité.

Le choix de la méthode de gestion la plus efficace

Chaque entrepreneur est libre de mettre en place la méthode de son choix pour créer de la valeur et organiser son marketing, afin de faire fleurir son business.

Il en existe de très nombreuses, et chacune présente ses avantages et ses inconvénients. Là où certaines privilégient traditionnellement un cahier des charges précis devant être respecté strictement, d’autres favorisent de plus en plus des méthodes malléables leur permettant de faire face à l’imprévisibilité. Celles-ci ont l’avantage de permettre une organisation structurée tout en ayant la possibilité de s’adapter en continu si les conditions l’imposent. Le manager peut aussi opter pour l’alternance entre les méthodes.

  • De nombreux outils et logiciels de gestion de projets permettent une organisation adaptée et évolutive des travaux. Leur but est de faciliter continuellement la tâche des entrepreneurs en les aidant par exemple à planifier les différentes opérations au sein de leur équipe (Monday.com, Project Manager, Wrike), à perfectionner leur processus marketing (HubSpot), à gérer leur temps, leur budget, leurs ressources (FunctionFox)… Il s’agit donc de leur donner une vue d’ensemble et de leur proposer une gestion fluide des projets, pour atteindre les objectifs d’efficacité et de rentabilité à terme.

  • La loi des 20%, également appelée principe de Pareto (né des études empiriques de l’économiste Vilfredo Pareto) est une règle selon laquelle environ 80% des effets seraient le produit de seulement 20% des causes. Ce principe est applicable à de nombreuses situations de gestion et management et peut aider un manager à analyser une situation pour améliorer l’efficacité de son business. En distinguant ce qui est important de ce qui n’est que secondaire, l’entrepreneur peut ainsi concentrer 80% de son énergie sur les 20% les plus rentables de son projet. Bien utilisé, ce principe permet d’améliorer son efficacité dans la gestion de ses projets.

  • La méthode Business Design de Vianeo permet de valider en amont le potentiel d’un projet pour accompagner les entrepreneurs en concevant une stratégie. En 5 étapes, elle permet d’évaluer la légitimité du projet, sa désirabilité auprès des futurs clients, son acceptabilité au vu de l’écosystème existant, sa faisabilité économique et sa viabilité sur le marché. De plus, cette méthode est compatible avec toutes celles couramment utilisées dans l’innovation.

Pour compléter notre outil de gestion de projets innovants, Vianeo propose également des formations pour accompagner les entrepreneurs dans la gestion de leurs projets innovants.

Quoi qu’il en soit, la gestion de tout projet innovant doit être organisée et méthodique pour donner toutes ses chances à l’entrepreneur de voir aboutir son innovation ;)

 

Qu’avons-nous appris ?

 

Tout le monde peut être porteur d’une idée innovante.

Un entrepreneur peut valoriser son affaire en y intégrant un ou plusieurs projets innovants.

Pour cela, il faut être créatif et rigoureux.

La gestion d’un projet innovant, bien qu’incertaine, ne se résume pas à des paris mais demande une équipe collaborative et une organisation structurée pour passer du stade de l’idée à sa conceptualisation puis à sa commercialisation.

La gestion de l’innovation est délicate en ce qu’elle est imprévisible (ce qui fait sa richesse et lui confère tout son intérêt).

Il est nécessaire d’observer l’environnement et les personnes, d’étudier leurs besoins et d’apporter une solution appropriée.

Si le cheminement du manager dans la gestion de son projet devait se résumer en mots-clés : imaginer —> s’entourer d’une bonne équipe —> conceptualiser —> concevoir —> tester et valider —> organiser —> réaliser.

Ces étapes peuvent s’organiser méthodiquement pour atteindre la meilleure efficacité : suivant cette logique, la méthode Business Design de Vianeo permet de valider la pertinence et la valeur d’un projet innovant, en amont de sa gestion et pendant tout le processus de création, de conception et de mise sur le marché.

N’hésitez pas à faire votre Vianeo !