Quelles leçons tirer de l’entretien par les experts Vianeo de 320 enseignants-chercheurs des laboratoires de l'écosystème Paris-Saclay, depuis 2014 ?
Pour la 5ème fois consécutive cette année l’équipe de Vianeo a été sollicitée en 2018, par la Direction de l’Innovation de l’Université Paris-Saclay, pour réaliser des entretiens d’évaluation auprès des 51 candidats à l’Appel à Prématuration de l’Université Paris-Saclay, rassemblant les établissements suivants : Université Paris-Sud, Université Versailles Saint Quentin, Université Evry Val d’Essonne, CEA, CNRS, ENS Paris-Saclay, AgroParisTech, INRA, INSERM, CentraleSupelec, ONERA.

Notre expertise n’est pas attendue à un niveau scientifique. Ce serait présomptueux et surtout irréaliste d’affirmer que nous pouvons avoir une expertise sur tant de sujets de recherche tous aussi pointus les uns que les autres.
En revanche, notre expertise est attendue sur un sujet très innovant pour les enseignants-chercheurs, celui de leur posture « marché ».
Avec l’appui de notre méthodologie de Business Design, notre objectif est d’entendre, dans la présentation que fait l’enseignant-chercheur de son projet, sa capacité à se projeter dans un environnement économique et social qui n’attend pas forcément son invention.
Notre objectif est de valider sa capacité à accompagner son invention dans ces arcanes, certes lointaines de son quotidien, mais pour autant condition sine qua non pour que son invention, sa découverte devienne une réelle innovation.

Force est de constater que nous sommes encore loin d’une posture spontanément orientée sur des questions d’usages, d’acteurs économiques. Nous avons plus souvent les remarques du genre « Mais ça c’est pas mon métier » « On le fera une fois qu’on aura obtenu des aides pour avancer sur le POC »… Réponses justes au demeurant.

Mais alors pourquoi s’échiner à leur poser ces questions à ces stades très amont des projets ?

Pour rappel la pré-maturation dans le langage de la « valorisation de la recherche » consiste à faire passer un palier à une invention en lui permettant d’acquérir une « Preuve de Concept » (POC), c’est à dire la validation que la découverte apporte des résultats innovants dans la « vraie vie ». La phase suivante sera la « maturation » permettant de passer du POC à un prototype et/ou une ébauche de produit vendable.

Avec nos commanditaires de l’Université Paris-Saclay, la Direction de l’Innovation, nous affirmons que ces deux étapes ne peuvent, en aucun cas, se passer de premières confrontations à la réalité du marché au travers d’une première analyse des besoins et des acteurs en place. Cette posture dès le démarrage du projet « donne le ton » et augmente indéniablement son potentiel de valorisation.
Bien-sûr à chaque stade de maturité du projet, son type d’exploration marché, la Propriété Intellectuelle (PI) étant souvent en jeu, il s’agit d’être vigilant. Mais pour autant, ce que je nommerai de « curiosité marché » a toutes ses raisons d’être, dès les prémices du projet. Une simple veille internet le permet, sans compter des échanges avec un réseau proche que l’on peut questionner sans pour autant se dévoiler.

    La bonne nouvelle, c’est que fort de 5 années d’échanges en direct avec les enseignants-chercheurs et de plus de 323 projets évalués sur ces enjeux, nous avons pu véritablement être témoins d’une évolution de la posture des enseignants-chercheurs, avec de belles surprises années après années. L’enjeu n’est pas de pousser les enseignants- chercheurs à lancer des startups et devenir entrepreneurs, loin s’en faut.
    L’enjeu est double, il s’agit de leur donner :
  • conscience que la valeur de leur projet ne fera que grandir avec une compréhension de la valeur attendue par le marché
  • confiance dans leur capacité à le faire par eux-mêmes.

L’objectif de notre analyse était au démarrage plutôt culturelle. Elle devient de plus en plus opérationnelle. Les enseignants-chercheurs profitent de ces entretiens pour nous questionner sur la façon d’identifier la valeur marché potentielle, ce qui prouve que le message passe !

- Séverine Herlin